Léo et la fabrique à enzymes

Hier, j’étais dans un petit coin de Belgique, à 1h de Bruxelles. Au détour d’une route j’ai découvert  un endroit formidable, encore mieux qu’une chocolaterie belge, une fabrique à enzymes! Après avoir enfilé mes gants stériles, j’ai pu découvrir l’intérieur de cette fabrique de milliards d’enzymes pour aider mes amis atteints par l’une des maladies lysosomales, la maladie de Pompe

Cette usine du groupe pharmaceutique Genzyme fabrique en effet le traitement d’enzymothérapie appelé Myozyme. L’enzymothérapie est un traitement qui, sans guérir de la maladie, permet d’en atténuer les effets et d’offrir une qualité de vie améliorée aux patients. Les scientifiques ont identifié et recréé l’enzyme faisant défaut dans cette maladie. Le traitement consiste alors à  donner cette enzyme aux patients et suppléer aux besoins des lysosomes. Ce traitement est l’un des neufs traitements actuels pour 7 maladies, et un espoir de pouvoir un jour traiter toutes nos pathologies.

Cette visite de l’usine m’a été trés instructive. Elle m’a permi de mieux appréhender le processus de fabrication d’une enzymothérapie, sa compléxité industrielle, mais aussi la fragilité d’une biotechnologie trés encadrée et surveillée. Une visite aussi pour mieux comprendre et demander des explications au sujet des problèmes actuellement rencontrés dans la fabrication de deux autres enzymothérapies pour la maladie de Gaucher et la maladie de Fabry.

 J’ai reçu un cadeau à l’occasion de cette visite, 10 000 enzymes pour faire grimper mon compteur !

 

 

L’histoire de la découverte de ce traitement pour la maladie de Pompe est d’ailleurs le sujet du  film « Mesures exceptionnelles »  (sortie le 17 mai 2010) avec Harrison Ford. Ce film, que j’ai pu découvrir en avant première, montre combien la mobilisation des premiers concernés par nos maladies rares, c’est à dire les malades et parents, est nécessaire pour initier des actions. Mais aussi que rien ne serait possible sans les chercheurs, médecins et groupes pharmaceutiques pour trouver et développer nos traitements. C’est pourquoi notre collaboration étroite, parfois teinté  d’impatience, voir d’incompréhension, avec ces interlocuteurs demeure utile et importante.

Ce film met aussi en lumière un autre sujet important … la recherche coûte cher !

A VML on le sait depuis longtemps, c’est pourquoi nous aidons financièrement chaque année une dizaine de programme de recherche. Pour que cette recherche continue, vous pouvez faire tourner mon Compteur à Enzyme en faisant un Don, au tarif exceptionnel de 10 Enzymes = 1€ !

 

Merci aux équipes Belge et Française du Groupe Genzyme pour l’organisation de cette visite et leur accueil.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s